Search La boutique VU   Focus Contact us Français

News

Current Exhibitions

Ferhat Bouda - Tamurt
Regards affichés (FRANCE)
From 2017-07-10 to 2017-11-04


Israel Ariño - La pesanteur du lieu
Galerie VU (FRANCE)
From 2017-09-15 to 2017-10-21


Nolwenn Brod - La ritournelle
Galerie VU (FRANCE)
From 2017-09-15 to 2017-10-21


Guy Tillim - Museum of the Revolution
Stevenson Gallery (SOUTH AFRICA)
From 2017-10-12 to 2017-11-25


Françoise Huguier - Couleurs Pays
Le Quadrilatère (festival photographique les Photaumnales) (FRANCE)
From 2017-10-14 to 2017-12-31


Next exhibitions

Pia Elizondo - The Fall
Institut culturel du Mexique (FRANCE)
From 2017-10-27 to 2018-01-27

Devenirs

Nolwenn Brod

Le Château d'Eau
Pôle photographique Toulouse 1 place Laganne
31300 Toulouse (FRANCE)
05 61 77 09 40

From 2017-03-09 to 2017-04-30




Un certain Chant d’Amour
« Rien ne nous manque jamais que la foi des visionnaires et le don du visage : si nous pouvions seulement, ne serait-ce qu’une fois, céder au mystère de l’apparition – si nous pouvions oser ce geste mystique et fou : croire nos yeux. »
Camille Laurens in Cet absent-là

Ce sont des paysages camouflés en portraits. A moins que ce ne soit l’inverse. Depuis les terres celtes d’une Irlande verdoyante ou d’une Bretagne sempiternelle, la végétation se meut en formes immatérielles. Presque de la ouate paysagère qu’une tradition du jardin d’Eden chez Nicolas Poussin viendrait re-citer. Car la photographie chez Nolwenn Brod a l’attention d’une pose délicate s’effectuant par touches. C’est cet argent émanant d’un arbre étale, dont les feuilles vibrantes font avancer la chose vers nous.

On pense à du velours ou à un dos de laine. Au motif produit par la belle robe de l’animal dont il ne reste plus rien, sinon une abstraction qui emboîte le pas. Les éléments dissolus, pareils aux identités, sont noyés dans l’écume. Et les corps, ici, sortent à l’heure bleue, en même temps que les cerfs des sous-bois. Ce sont deux frères qui s’affrontent. Mais nous sommes loin des rites qu’ils évoquent. Archaïques, charnels, livrés, ces corps racontent autre chose qui se rejoue, encore et encore. Une histoire dont on ne doit pas tout reconnaître. S’il s’avérait qu’ils se retrouvaient seuls, ces jeunes lutteurs n’auraient pas d’autre lieu que la nature pour leur servir de reliquaire. Enveloppante, la nature calfeutre cette animalité chez l’homme et chez la bête, agit en respiration à l’endroit où tout semble en devenir quand l’un et l’autre ne se confondent pas en une seule et même transe. Une métamorphose se cache derrière l’apparente normalité de leur pose, mais les gestes qu’ils incarnent habitent en dehors, derrière ou en parallèle de leurs tangibles existences. Le créateur ne les a pas tout à fait définis. Il ne les a pas tout à fait achevés. Et dans une sorte de révérence faite à William Faulkner, nous ignorons, à quel temps ils appartiennent. Une concomitance de temps donc, depuis lesquels les vertiges de l’identité se disputent entre apparition et disparition. Passant d’une liane à l’autre, ces êtres sont les chimères d’une épiphanie qui coexiste entre la photographe et ce quelque chose qui a pré-existé chez elle, réellement ou non. Elle connaît ces visages. Cherchant lors de ces promenades solitaires sur les sites chargés d’autres vies à s’en saisir, elle les laissera également venir à elle.

De ces beautés vacillantes nous retenons l’imperceptibilité, une amnésie dont ces photographies sont les signes. Il ne s’agit pas de mythologie ou de sacres païens, non, mais plutôt d’approcher des passages faits de failles et de sédiments. Les Ritournelle se poursuivront en chuchotements au creux de l’oreille de ceux qui savent regarder un visage et se laisser happer par ce qui s’efforce de parler. Si la vidéo permet de construire la photographie dans tout son espace, la photographie, elle, officie en faveur d’une gestation. Un certain esprit des lieux enrobe l’étendue du travail de Nolwenn Brod et vient nourrir les stigmates d’une lutte intérieure qui captive des images, se dévoile tel un bourgeon, à la fois impudique et augural.

Texte de Fanny Lambert

Exhibitions catalog

Monographic exhibitions

Albert & Verzone
Bacigalupo Martina
Berruti Massimo
Boudjelal Bruno
Brault Philippe
Chapin Jean-Luc
Chivet Sophie
Coulange Olivier
Dailleux Denis
Darzacq Denis
Delpoux Dominique
Descamps Bernard
Deschamps Pierre-Olivier
Desprez Bertrand
Doury Claudine
Duroy Stéphane
Eshraghi Isabelle
Flore Maia
Fontaine François
Gomez Rovira Rodrigo
Goussard Christophe
Grignet Brigitte
Guigui Stanislas
Hingley Liz
Hock Marin
Hopkins Rip
Huguier Françoise
Hyytiäinen Arja
Iuncker Steeve
Lambert Yvon
Lecloux Frédéric
Lekfeldt Thomas
Martin Claire
Mirguet Olivier
Navia José Manuel
Nejmi Malik
Pauquet Claude
Picard Fabrice
Picard Serge
Pierrot Emmanuel
Propeck Agnès
Rearick Anne
Rondeau Gérard
Sauveur David
Sutkus Antanas
Taberna Patrick
Ten Hoopen Pieter
Tillim Guy
Van Denderen Ad
Vanden Eeckhoudt Michel
Wasif Munem
Winship Vanessa
Yankang Yang
Zuili Guillaume

Collective Exhibitions

  • Vu' by Robert Delpire
  • Full Size Nature
  • VU' in Paris
  • European Works

For more information on exhibitions to rent, please contact Patricia Morvan + 33 1 53 01 85 83 / emailmorvan@abvent.fr

or leave your contact details using the form below:

© Agence VU' - ABVENT Group 2017 | Legal notice

       

agencevu.com website is the exclusive property of Agence VU company. Its contents, works, pictures and texts are protected by laws and international conventions on copyright.

Every representation or reproduction, which infringes legislative clauses on intellectual property is illicit and could constitute an infringement.