Search La boutique VU   Focus Contact us Français

News

Current Exhibitions

Yvon Lambert - Border stories
Jardins du Bra’Haus I, montée du château (LUXEMBOURG)
From 2017-09-30 to 2018-09-29


Françoise Huguier - Couleurs Pays
Le Quadrilatère (festival photographique les Photaumnales) (FRANCE)
From 2017-10-14 to 2017-12-31


Pia Elizondo - The Fall
Institut culturel du Mexique (FRANCE)
From 2017-10-27 to 2018-01-27


Gérard Rondeau - Chroniques d\'un portraitiste
Le Parvis Espace Culturel (FRANCE)
From 2017-11-04 to 2017-12-30


José Manuel Navia - Cervantes ou le désir de vivre
Instituto Cervantes (FRANCE)
From 2017-11-07 to 2018-01-13


José Manuel Navia - Colombia, La Creciente
Bibliothèque Elsa Triolet (FRANCE)
From 2017-11-09 to 2018-01-20


Patrick Taberna - The back season
Galerie Camera Obscura (FRANCE)
From 2017-11-17 to 2017-12-30


Guillaume Zuili - Smoke & Mirrors
Galerie Clémentine de la Féronnière (FRANCE)
From 2017-11-17 to 2018-02-10


Gérard Rondeau - Paysages
Galeries de la Cour des Jardiniers (FRANCE)
From 2017-11-19 to 2018-02-28


Jean-Luc Chapin - Natures
Galerie Gallimard (FRANCE)
From 2017-11-24 to 2018-01-13


Liz Hingley - Sacred Things: Elalmadinah …To The City
Herbert Art Gallery & Museum (UNITED KINGDOM)
From 2017-12-01 to 2018-02-11


Françoise Huguier - Virtual Seoul
Musée Olympique (SWITZERLAND)
From 2017-12-07 to 2018-03-11


Srebrenica, nuit à nuit

Adrien Selbert

FOCALE galerie
Place du Château
1260 Nyon (SWITZERLAND)
+41 22 361 09 66

From 2017-04-23 to 2017-06-11


• du mercredi au dimanche de 14h à 18h (ouvert les jours fériés)

SREBRENICA, LA BELLE, LA PAISIBLE.

Convoitée dans la Yougoslavie de Tito pour ses sources thermales et la qualité de son air, Srebrenica a longtemps prospéré sur ses mines qui donnèrent à la cité son nom : la ville d’argent.Après l’épisode macabre de la guerre, l’argent s’est remis à couler dans la ville. Mais les sources thermales, elles, n’ont jamais rouvert.Devenue le symbole de la barbarie serbe comme de l’inanité de l’ONU à arrêter un génocide dans une zone dite « protégée », la ville a vécu pendant 20 ans sous généreuses perfusions des ONG. L’aide internationale a notamment permis les programmes d’aide au retour, la réouverture de quelques usines et la construction d’un supermarché flambant neuf au milieu des bâtisses défigurées par les tirs de mortiers.Vivre à Srebrenica, c’est faire l’expérience de ce temps indéfinissable qu’est l’après-guerre. Si chacun sait quand commence cet « après », qui peut dire quand il s’arrête? En déambulant dans cet espace où cohabite les témoignages des temps d’horreur et de paix, une question émerge : « Y’a t’il une fin à la fin de la guerre ? ».

En discutant avec les jeunes du coin, on devine que la nuit de l’histoire ne s’est jamais vraiment levée. Si le traumatisme est encore bien présent chez les survivants, les cicatrices affleurent toujours sur les façades.Pour les jeunes, tout ça fait sens. Qui continuerait à subventionner une ville totalement remise à pied? Pour que les internationaux continuent de s’émouvoir 20 après, il faut maintenir une partie du décor dans son jus. Pour le symbole et le business.Dans un pays largement corrompu, où trouver un boulot nécessite souvent de s’encarter, la jeunesse continue de s’interroger : où va l’argent ?La guerre est dans le décor, elle est aussi dans le tempérament rageur et désespéré de la génération post-génocide. La guerre, c’est celle qu’il faut mener au quotidien dans cet « après » qui vous colle au pied.

Quand on a 20 ans, comment grandir dans des vestiges, comment s’extraire de cette nuit sans fin? Impossible selon eux. Qui vient à Srebrenica, n’y vient pas pour sa rakia ou pour ses montagnes boisées (encore minées). Qui vient à Srebrenica s’y rend au mieux pour le « devoir de mémoire », sinon pour ressentir le frisson de l’histoire face à ce mur criblé, dans cette usine abandonnée, devant le visage buriné de cet homme… Qui vient à Srebrenica arrivera chargé de bonnes intentions sur l’entente entre les peuples et la paix des religions… L’enfer. L’enfer, c’est le regard de l’autre. Celui qui vous fait facho en puissance ou victime à plaindre selon vos origines. La jeunesse d’ici ne demande rien, merci pour elle.
Naitre à Srebrenica est une injustice pour qui a 20 ans et veut simplement boire et faire l’amour. Et tous les programmes d’aide n’y pourront rien.
Ademir, Milica, Merka, Miroslav ont l’âge du génocide.
Dans la nuit de l’histoire, la ville leur appartient.

Exhibitions catalog

Monographic exhibitions

Albert & Verzone
Bacigalupo Martina
Boudjelal Bruno
Brault Philippe
Chapin Jean-Luc
Chivet Sophie
Coulange Olivier
Dailleux Denis
Darzacq Denis
Delpoux Dominique
Descamps Bernard
Deschamps Pierre-Olivier
Desprez Bertrand
Doury Claudine
Duroy Stéphane
Eshraghi Isabelle
Flore Maia
Fontaine François
Gomez Rovira Rodrigo
Goussard Christophe
Grignet Brigitte
Guigui Stanislas
Hingley Liz
Hock Marin
Hopkins Rip
Huguier Françoise
Hyytiäinen Arja
Iuncker Steeve
Lambert Yvon
Lecloux Frédéric
Lekfeldt Thomas
Martin Claire
Mirguet Olivier
Navia José Manuel
Nejmi Malik
Pauquet Claude
Picard Fabrice
Picard Serge
Pierrot Emmanuel
Propeck Agnès
Rearick Anne
Rondeau Gérard
Sauveur David
Sutkus Antanas
Taberna Patrick
Ten Hoopen Pieter
Tillim Guy
Van Denderen Ad
Vanden Eeckhoudt Michel
Wasif Munem
Winship Vanessa
Yankang Yang
Zuili Guillaume

Collective Exhibitions

  • Vu' by Robert Delpire
  • Full Size Nature
  • VU' in Paris
  • European Works

For more information on exhibitions to rent, please contact Patricia Morvan + 33 1 53 01 85 83 / emailmorvan@abvent.fr

or leave your contact details using the form below:

© Agence VU' - ABVENT Group 2017 | Legal notice

       

agencevu.com website is the exclusive property of Agence VU company. Its contents, works, pictures and texts are protected by laws and international conventions on copyright.

Every representation or reproduction, which infringes legislative clauses on intellectual property is illicit and could constitute an infringement.